Accueil / Actualités / « Bouge » : du coaching personnalisé pour lutter contre la sédentarité

« Bouge » : du coaching personnalisé pour lutter contre la sédentarité

« Bouge diabète », « Bouge plus senior » et « Bouge grossesse » sont des applications pour smartphone proposant un coaching personnalisé d’activité physique adaptée, dont l’efficacité a été validée scientifiquement. Rencontre avec le fondateur de ces programmes, le Dr Yannick Guillodo, médecin du sport à Brest, en libéral et au pôle locomoteur du service d’orthopédie et de rhumatologie du CHU de Brest. Son crédo : « Bougez, vous êtes conçus pour ! ».

Quel a été le point de départ de votre projet ?
Tout est parti d’un constat fondé sur mon expérience de médecin de terrain : j’ai été interpelé par le fossé entre d’un côté des personnes qui font de plus en plus de sport, presque trop, et de l’autre des personnes de plus en plus sédentaires. Pourtant, les bénéfices d’une activité physique régulière sont aujourd’hui largement démontrés (citons notamment l’espérance de vie en meilleure santé prolongée).
Entre ordinateur et smartphone, nous sommes nombreux à ne pas décoller de notre chaise ou de notre canapé. L’idée a donc été d’utiliser ces mêmes technologies comme antidote contre cette « addiction à la chaise ». Avec des confrères médecins et des spécialistes du sport, nous avons ainsi développé des applications pour inciter la population à modifier son comportement quotidiennement et lutter contre ce poison quotidien qu’est la sédentarité. L’idée n’est pas de promouvoir le sport, mais l’activité physique au quotidien : mieux vaut faire 30 minutes de marche par jour qu’1h30 de footing le dimanche !

Pourquoi la sédentarité représente-t-elle un danger ?

Les niveaux d’inflammation et le stress oxydatif augmentent lorsque notre organisme est au repos. Le fait de rester de 7 à 8 heures assis est donc délétère pour l’organisme. À terme, cela entraîne des maladies cardiovasculaires, du diabète, des cancers… Il est essentiel de s’habituer à « bouger » régulièrement pour mettre en route le système vasculaire et « décrasser » l’organisme et prévenir ainsi l’apparition de ces maladies.

En quoi consistent ces applis ?
Nos applis combinent :
1. La fonction podomètre (comptage du nombre des pas par jour) et un coaching personnalisé
2. Des exercices de renforcement musculaire et de mobilité articulaire
3. De l’éducation thérapeutique.
Nous avons développé trois applications, destinées à trois types de populations : « Bouge plus senior », « Bouge grossesse » et  « Bouge diabète ». Chacune de ces applis propose un programme sur respectivement 12, 20 et 12 semaines. La première semaine d’utilisation  permet d’évaluer le niveau de l’utilisateur – beaucoup se surestiment ! En effet, le coaching ne sera pas le même entre une personne qui fait déjà 8 000 pas par jour et une qui n’en fait que 2 000 (rappelons que l’OMS recommande d’effectuer 10 000 pas par jour). À la fin de ce « diagnostic », l’utilisateur se fixe des objectifs par semaine et par jour. Des messages d’encouragement sont envoyés pour l’inciter à atteindre ses objectifs et à rompre la sédentarité : « Cela fait 2 heures que vous êtes immobiles ». Il est aussi possible de se « challenger » en réseau avec d’autres utilisateurs. Les appli contiennent aussi des informations pratiques et des vidéos montrant des exercices de renforcement musculaire. L’appli « Bouge plus senior » propose également des exercices d’entraînement cérébral.

Le bénéfice de ces applis est-il démontré ?
Avant de développer ces trois applications, la base de notre travail a consisté à valider le « coaching numérique » et à démontrer qu’un coaching personnalisé (envoi de messages de motivation, objectifs personnalisés…) via une appli permettait de changer les habitudes. Nous avons testé le principe sur une centaine de personnes de la population générale. Résultat : un tiers des gens effectuait 3 000 pas de plus par jour à la fin du programme (1).

Et la suite ?
Deux nouvelles études sont en cours pour démontrer l’intérêt de ces programmes pour d’autres populations.
L’une est menée sur des femmes enceintes, au cours du deuxième trimestre de grossesse, afin d’évaluer l’intérêt de « Bouge grossesse »  en termes de bien-être et de santé, en comparaison à un podomètre simple.
Une seconde étude s’intéresse à des femmes atteintes d’un cancer du sein, l’activité physique étant le traitement de référence de la fatigue en cas de cancer.

La m-santé [m pour mobile] doit être médicale ! Il existe trop d’applications gadget dont les bénéfices n’ont pas été prouvés scientifiquement.

Le saviez-vous ?

On peut être sportif de haut niveau et sédentaire ! Un grand sportif peut tout à fait faire 2 heures de sport intense par jour et ne pas décoller de son canapé pendant 7 autres heures de la journée.

Plus d’informations sur bouge-coaching.com
Applications disponibles sur PlayStore et l’AppStore

Bibliographie
1. Communication  congrès national  SFEMS / SFTS, Orléans, Sep 2015