Accueil / Suivez les congrès / Congrès Médecine et tennis 2018 – Conduite à tenir devant une première luxation de l’épaule

Congrès Médecine et tennis 2018 – Conduite à tenir devant une première luxation de l’épaule

Dr Gilles Daubinet (spécialiste en médecine physique et de réadaptation, Paris)

Les luxations dépaule

Les luxations représentent 11 % des traumatismes de lépaule. Elles surviennent plus particulièrement dans les sports de chute (sports dhiver, rugby, judo).

La luxation est le plus souvent antérieure (plus de 95 % des cas) et primitive (70 % des cas). Les luxations bilatérales sont très rares.

La victime type est un adulte jeune de sexe masculin, dun niveau confirmé.

Classiquement, les lésions sont de type :

  • déchirure capsuloligamentaire,
  • déchirure capsulaire,
  • arrachement de la capsule du périoste,
  • lésion de linsertion humérale.

Mais elles peuvent également présenter :

  • une fracture de la glène,
  • une fracture du trochiter,
  • une fracture de lESH,
  • une rupture de la coiffe.

Diagnostic

Il sagit de les diagnostiquer sur le terrain, le plus rapidement possible et de rechercher les complications vasculonerveuses. La mobilisation doit être passive douce. À linspection, après déshabillage, le signe de lépaulette peut être repéré. Le patient peut être sédaté(antalgique, myorelaxant).

Bilan dimagerie

Un bilan radiologique (face et profil de coiffe) permet de vérifier des éventuelles lésions osseuses.

Chez les patients de plus de 60 ans, il nest pas inutile de faire une échographie pour effectuer un bilan de la coiffe des rotateurs

 

Réduction

Une fois le diagnostic posé, la réduction doit également être faite rapidement, quelles que soient les lésions, si possible après avoir réalisé une radiographie, en particulier si cest une luxation primitive.

Il existe de nombreuses techniques de réduction, préférentiellement en manœuvres douces. Chaque spécialiste a ses habitudes, en particulier dans les stations de ski où ce type daccident est fréquent. Dans 93 % des cas, la luxation est réduite sans anesthésie.

Exemples de techniques de réductioN

Traction

Rotation externe

Adduction

Rotation interne

Immobilisation

Lors dun premier épisode, il faut immobiliser (3 à 6 semaines). Limmobilisation doit se faire généralement coude au corps et en rotation indifférente pour certains. Certains praticiens préfèrent cependant rééduquer sans immobilisation.

 

Stabilisation chirurgicale

Il faut noter que le pourcentage de récidives et assez important, notamment dans les sports àrisque (ski, rugby, judo ) :

  • 60 % de récidive à 10 ans si laccident initial survient entre 12 et 22 ans,
  • 30 % si entre 30 et 40 ans.

Pour les patients à risque, une stabilisation arthroscopique ou chirurgicale demblée peut être envisagée, avant limmobilisation. La décision dune chirurgie se fera de manière concertée, entre le médecin et le patient selon lâge du patient, le contexte et le type de lésions.