Accueil / Suivez les congrès / Regards croisés sur les nouvelles activités physiques de nos patients

Regards croisés sur les nouvelles activités physiques de nos patients

Pr François Carré, cardiologue & médecin du sport – Congrès Médecine et Tennis 23/05/2015

• La pratique d’une activité physique régulière, vu ses bienfaits pour la santé, doit toujours être encouragée. Il est aussi vrai que les contraintes cardiovasculaires dues à ces pratiques physiques doivent être connues, surtout en cas de pathologies cardiaques ou chez les personnes « fragiles ».

Vidéo de François Carré : Les bienfaits de l’activité physique régulière sur le cœur

• De nouvelles activités physiques et sportives fleurissent actuellement. Elles ont l’intérêt de motiver beaucoup de gens pour la reprise d’une activité physique. Mais elles peuvent aussi pousser le praticien à se poser des questions, en particulier sur les contraintes qu’elles imposent à l’organisme.

Vidéo de François Carré : Y a-t-il des sports bons ou mauvais pour le cœur ?

• Concernant les adaptations du système cardiovasculaire aux contraintes des exercices physiques, différents facteurs interviennent : le type d’activité physique, l’environnement dans lequel elle est réalisée et les spécificités du pratiquant.

• Les contraintes cardiovasculaires liées à l’activité physique sont de deux types :
– Volumétriques en cas d’exercice dynamique ;
– Barométriques en cas d’effort statique.
Chaque activité à une composante dynamique et une composante statique. Le retentissement de ces contraintes dépend aussi de l’intensité avec lequel l’effort est réalisé et de sa durée.

• Les facteurs environnementaux principaux qui interviennent sont la température de l’endroit où l’activité est réalisée et le niveau de pollution. Bien sûr, l’altitude et éventuellement le degré d’immersion en cas d’activité nautique interviennent aussi.

Pour aller plus loin :

Cœur, pollution et sport, Dr Laurent Chevalier

• Concernant les spécificités du pratiquant :
– Chez le sujet sain, l’âge, les facteurs de risque cardiovasculaires et le niveau d’entraînement ont un rôle majeur.
– Chez le patient, le type de pathologie et le traitement suivi ont un impact supplémentaire.

• Au total, il convient de renseigner ces différents points pour pouvoir au mieux conseiller la pratique d’une activité physique ou sportive à un sujet dans de bonnes conditions de sécurité.