Accueil / Dossiers / Pathologie rachidienne / Physiopathologie

Dossier : Pathologie rachidienne

Physiopathologie

Les spondylolyses d’apparition progressive

L’apparition du spondylolisthésis est liée à des facteurs génétiques et mécaniques. En effet, la survenue du glissement du tronc est directement liée à la verticalisation et aux contraires gravitaires, le spondylolisthésis n’étant jamais retrouvé chez les enfants n’ayant pas pu se verticaliser pour des raisons neuromusculaires.
L’arc postérieur de L5 est le plus fréquemment hypoplasique avec quelquefois des défauts de fermeture au niveau de l’épineuse postérieure. Ces spina bifida occulta fragilisent la structure ligamentaire paravertébrale postérieure.
Dans 95 % des cas, la lyse isthmique est localisée en L5 mais elle peut se situer au niveau L4 chez les enfants pratiquant la gymnastique rythmique et sportive.
Le morphotype avec une inclinaison excessive de la pente sacrée accentue la composante de glissement de la vertèbre L5. Ce morphotype peut résulter soit d’une mauvaise attitude en antéversion pelvienne et hyperlordose, soit d’une incidence lombo-pelvienne de Duval-Beaupère élevée.

Les spondylolyses traumatiques

La spondylolyse aiguë survient à la suite d’un choc violent, elle est rare. Il s’agit le plus souvent de microtraumatismes répétés avec un processus identique à celui d’une fracture de fatigue. Le mécanisme du coupe-cigare a été décrit par Roy Camille et al. (2) lors des mouvements d’hyperlordose : l’isthme de L5 est en effet pris en tenaille lors de l’hyperlordose entre l’apophyse articulaire inférieure de L4 et l’apophyse articulaire supérieure de S1, ce qui expliquerait une prévalence plus élevée entre 22 et 43 % chez les sportifs de haut niveau selon Rossi et al. (1).

L’histoire naturelle du spondylolisthésis

Celle-ci a été décrite par Maldague en 1985 (3) à partir de radiographies :

  1. Condensation d’un pédicule.
  2. Lyse unilatérale d’un pédicule avec parfois constitution d’une scoliose.
  3. Condensation pédiculaire controlatérale.
  4. Rupture du second isthme.
  5. Glissement progressif de la vertèbre.