Dossier : L'examen clinique de l'épaule du sportif

3. La palpation

L’examen palpatoire recherche :

• des douleurs à la palpation des reliefs osseux : clavicule, épine de la scapula jusqu’à l’acromion, processus coracoïde, tête humérale et tubercule majeur (Fig. 9 et 10) ;

Figure 9 – Repères palpatoires de l’examen de l’épaule.

Figure 10 – Repères palpatoires de l’examen de l’épaule.

• une contracture des muscles trapèze et deltoïde ;

• un comblement ou douleur au niveau du sillon delto-pectoral et de l’espace sous-acromial ;

• une douleur ou déformation des articulations acromio et sterno-claviculaire (cf infra) ;

• une insertion des tendons de la coiffe des rotateurs (cf infra).

L’articulation acromio-claviculaire :

• se palpe en longeant le bord supérieur de l’épine de la scapula avec une main puis avec l’autre main, en palpant la clavicule jusqu’à son bord latéral repérant l’interligne à la jonction des deux mains (Fig. 11) ;

Figure 11 – Repérage de l’articulation acromio-claviculaire.

• douleur plutôt supérieure irradiant parfois dans le cou, le deltoïde et le trapèze ;

• signe de Paxinos (Fig. 12) :

– on place son pouce sur l’acromion, en arrière et son index sur la clavicule en avant,
– une pression postéro-antérieure réveille la douleur.

Figure 12 – Signe de Paxinos.

• le cross body adduction test (Fig. 13) :

– adduction passive horizontale du bras réveillant la douleur.

Figure 13Cross body adduction test.

• disjonction acromioclaviculaire, diagnostic clinique :

– stade I ou entorse simple : douleur exquise à la palpation de l’articulation acromio-claviculaire,
– stade II ou subluxation par rupture du ligament acromio-claviculaire : petite saillie de la clavicule à la face supérieure, réductible en “touche de piano“ ou en abduction à 90°,
– stade III ou luxation par rupture des ligaments acromio-claviculaire et coraco-claviculaire : déformation accentuée en “marche d’escalier“ ne se réduisant pas en abduction à 90° avec tiroir antéro-postérieur et instabilité verticale,

– les 3 derniers stades nécessitent une imagerie.

• L’articulation sterno-claviculaire :

– se palpe en longeant la clavicule jusqu’à son bord médial où elle s’articule avec le manubrium sternal,
– recherche d’une douleur à la palpation,
– recherche d’une mobilité accrue par rapport au côté controlatéral,
– voussure douloureuse évoquant une disjonction sterno-claviculaire antérieure,
– dépression douloureuse évoquant une disjonction sterno-claviculaire postérieure.

• La palpation des insertions des tendons de la coiffe des rotateurs.

Elle recherche une douleur ou une rupture évoquant une tendinopathie à l’origine des douleurs d’épaule.

1. Tendon du muscle subscapularis (sous-scapulaire) :

– à son insertion sur le tubercule mineur (trochin),
– en dehors du processus coracoïde avec une rotation latérale coude au corps de 90°.

2. Tendon du muscle supraspinatus (sus-épineux) :

– à son insertion sur le tubercule majeur (trochiter),

– juste en avant du bord antérieur de l’acromion en rotation médiale maximale, main dans le dos,
– lors de rupture massive on palpe un “vide“ à l’insertion.

3. Tendon du muscle infraspinatus (sous-épineux) :

– à son insertion sur le tubercule majeur,
– à 1 cm du bord postéro-latéral de l’acromion en antépulsion à 90° avec une légère rotation latérale.

4. Chef long du biceps brachial :

– dans la gouttière bicipitale,
– à 3-5 cm sous le bord antérieur de l’acromion en imprimant des petits mouvements de rotation du bras, le tendon roule sous le doigt,
– à ne pas confondre avec le bord antérieur du deltoïde.

A ce stade de l’examen, la palpation des aires ganglionnaires est également réalisée.