Accueil / Dossiers / Activités physiques et pathologies chroniques / Activité physique pendant le traitement d’un cancer

Dossier : Activités physiques et pathologies chroniques

Activité physique pendant le traitement d’un cancer

mds98-dossier-img7Plus de 40 études d’essais randomisés et contrôlés publiées depuis 1980 ont rapporté que l’activité physique améliore les capacités fonctionnelles, les aptitudes cardiorespiratoires pendant et après le traitement, les symptômes liés au traitement (surtout la fatigue), la qualité de vie et le sommeil des patients atteints d’un cancer, et ceci pour tous les types de cancers bien que le plus étudié soit le cancer du sein (19). Plusieurs travaux portant sur l’effet de l’activité physique lors du traitement par chimiothérapie pour le cancer du sein font état de nombreuses améliorations de paramètres psychologiques tels que la fatigue, l’anxiété, la dépression, le sommeil et l’image du corps (20). Un effet dose-réponse sur la fatigue est observé pour des sessions de durée inférieure à 60 minutes (21). Il faut rappeler que la fatigue est un symptôme fréquent, souvent au premier plan au cours du traitement du cancer, avec un retentissement majeur sur la qualité de vie des patients. Il existe peu de recommandations sur le type d’activité physique à pratiquer pendant le traitement (chimiothérapie et/ou radiothérapie). Dans la plupart des études, l’activité physique proposée était de type aérobie à intensité modérée, à raison de 3 à 5 fois par semaine avec une durée de 20 à 30 minutes par session. Le type d’activité physique et surtout son intensité dépendent du traitement et de la façon dont il est supporté. L’activité physique douce de type marche 20 à 30 min, 3 fois par semaine et assouplissements peut être proposée, voire un travail en position assise si la fatigue est importante (22).