Accueil / Dossiers / Nouvelle approche thérapeutique des tendinopathies d’Achille / Agression extrinsèque par conflit osseux

Dossier : Nouvelle approche thérapeutique des tendinopathies d’Achille

Agression extrinsèque par conflit osseux

L’exemple type est l’association tendon d’Achille et maladie de Haglund (Fig. 24).

Figure 24 – Schéma de compression extrinsèque.

En poussant la métaphore, on peut considérer qu’il s’agit d’une corde qui frotte sur une aspérité rocheuse. Intellectuellement, on peut considérer que si on augmente la puissance du tendon, on risque d’augmenter la zone critique au niveau du conflit os/tendon. Nous avons considéré, de manière un peu aléatoire, que s’il y avait une atteinte de plus d’1/3 dans le plan sagittal, il fallait alors proposer un traitement chirurgical par résection du bord postéro-supérieur du calcanéum puis, seulement en peropératoire, un peignage chirurgical ou une injection de PRP. D’autres tendons sont concernés par ces conflits osseux. C’est le cas du long extenseur du pouce sur le tubercule de Lister, mais également du palmarus longus au niveau du tunnel trapézoïdo-trapézien.