Dossier : Lésions traumatiques de la syndesmose tibio-fibulaire distale

Anatomie et biomécanique

Une articulation fibreuse

La syndesmose tibio-fibulaire est une articulation fibreuse entre le tibia et la fibula stabilisée par quatre ligaments (Fig. 1 à 4) :

  • le ligament tibio-fibulaire antéroinférieur (LTFAI),
  • le ligament inter-osseux (LIO),
  • le ligament tibio-fibulaire transverse (LTFT),
  • et le ligament tibio-fibulaire postéro- inférieur (LTFPI) (3).

Figure 1 – Vue antérieure de la cheville.

Figure 2 – Vue postérieure de la cheville.

Figure 3 – Vue latérale de la cheville.

Figure 4 – Vue en coupe distale de l’articulation tibio-fibulaire inférieure.

Le tibia et la fibula constituent une articulation avec un encroûtement cartilagineux de part et d’autre de 0,5 à 1 mm. La partie convexe de la fibula est congruente avec la partie concave du tibia constituant la syndesmose. Les structures antérieures et postérieures de la syndesmose sont constituées respectivement par le LTFAI et le LTFPI. Le LTFT est une structure proche du fibro-cartilage, dont la fonction est comme un labrum, il renforce la capsule postérieure de l’articulation de la cheville et le LTFPI au niveau de son plan profond. Le LIO est une structure en forme de pyramide constituant le principal point d’ancrage entre le tibia et la fibula par des fibres très résistantes (4).

Une articulation peu mobile

Bien que l’articulation de la cheville soit peu mobile à ce niveau, il existe des mouvements entre le tibia et la fibula, en particulier en appliquant une rotation latérale quand la fibula est en rotation latérale et translation postérieure. Schématiquement, le LTFAI contrôle la rotation latérale de la fibula, le LTFPI est le frein primaire à la translation postérieure et le LIO, avec ses prolongements vers la membrane inter-osseuse, limite la translation latérale de la fibula (5). Les fibres profondes du ligament deltoïde participent également à la stabilisation de la mortaise en réduisant la rotation latérale et la translation latérale du talus (6). Les ligaments stabilisants la syndesmose empêchent l’excès de mobilité de la fibula dans plusieurs directions :

  • translation antéro-postérieure,
  • translation latérale,
  • rotation latérale et médiale.

La stabilité de la fibula est nécessaire au bon fonctionnement de la syndesmose et de la position du talus dans la mortaise.