Dossier : Nouvelle approche thérapeutique des tendinopathies d’Achille

Cadre médico-légal

Les kits commerciaux ne sont pas soumis aux règles d’utilisation des produits sanguins des centres de transfusion, si le cadre réglementaire est mal défini et correspond à l’utilisation de produits autologues prélevés et utilisés dans le cadre d’une seule et même intervention médicale (article 1211-8 du Code de santé publique), et leur utilisation extemporanée est autorisée dans la même unité de lieu et de temps.

Dans le cadre de la loi antidopage, le décret de l’AMA de l’agence de lutte antidopage (AFA), qui avait décidé d’encadrer les injections par voie intramusculaires (décret 2010-134 du 10 février 2010) a été levé au 1er janvier 2011. Depuis, ces injections sont autorisées au même titre que les injections tendineuses qui, elles, l’étaient déjà sans restriction.

Pourtant, un travail publié en 2013 dans l’American Journal of Sport Medicine, du département d’orthopédie et de chirurgie de Stanford en Californie, a montré des effets systémiques de l’injection de plasma intra-tendineux. Les auteurs ont étudié la concentration des facteurs de croissance chez 25 patients traités par injection de PRP intra-tendineux, à 3, 24, 48, 72 et 96 heures.

Il en résulte que le FGF, le VEGF et le PDGF sont élevés dans le sérum de manière très significative au 4e jour. Les concentrations suivantes ont été retrouvées :

  • FGF : 5 pg/ml à J0 et 226 pg/ml à J4.
  • VEGF : 236 pg/ml à J0 et 1 426 pg/ml à J4.
  • PDGF : 26 pg/ml à J0 et 392 pg/ml à J4.

Il n’existe pas de majoration systémique concernant le FGF. Ceci suppose donc une certaine prudence par rapport à ces injections de facteurs de croissance et d’avoir à l’esprit les potentialités systémiques de ces injections.