Dossier : Évaluation de l'épaule du sportif

Conclusion

Utilisation d’un dynamomètre

Intérêt dans le suivi des sportifs et patients

L’utilisation d’un dynamomètre isocinétique dans le cadre de l’évaluation musculaire présente un intérêt dans le suivi d’un sportif et dans le suivi de nos patients. Elle permet d’obtenir des données intéressantes en termes de capacité, de qualité et de récupération musculaires. Elle permet une expertise en termes de déficit et juge de la qualité de la participation du patient à l’évaluation.

Analyse des données

L’analyse des données doit être rigoureuse et réfléchie. Le monde médical a vécu pendant très longtemps sur des croyances. Aujourd’hui, dans notre recherche de « la médecine par les preuves », nous nous nourrissons de statistiques. La séméiologie, les constations cliniques, la réflexion sont à l’origine de notre savoir. Parfois à tort.
Les statistiques sont la porte d’entrée des revues scientifiques et les mathématiques ont supplanté, bien des fois, notre réflexion. Pas toujours avec raison, ni mesure.

Les résultats

Les publications concernant l’épaule nous laissent perplexes.

Les rotateurs latéraux d’épaule

En résumé, l’insuffisance des rotateurs latéraux d’épaule explique toute la pathologie de l’épaule. Le raccourci est saisissant. L’épaule est l’articulation la plus mobile du corps humain. Les évaluations musculaires et articulaires devraient donner place à des évaluations dans les trois plans de l’espace. Pour des raisons, dites scientifiques, de fiabilité de l’évaluation, seule l’évaluation des rotateurs est validée. Sans surprise, on retrouve chez le sportif un déficit des rotateurs externes qui sont délaissés lors de la pratique sportive.

En pathologie

En pathologie, on retrouve un peu la même donnée avec, comme toujours, la question sur la relation de cause à effet. À ce titre le travail de Ben-Yishay (27) est instructif puisqu’il nous apprend que la réalisation d’une infiltration sous-acromiale d’un produit anesthésique permet d’améliorer la force musculaire de patients présentant un conflit sous-acromial.
La découverte d’un déséquilibre musculaire en pathologie est plus vraisemblablement la conséquence que la cause du problème ou bien la résultante des phénomènes douloureux responsables d’une anomalie de courbe ou d’une diminution du pic de couple.

Place du déséquilibre musculaire

La place du déséquilibre musculaire dans l’origine des lésions de l’appareil locomoteur est très, trop présente.

Déficit de force excentrique

L’analyse de la physiopathologie de la lésion donne une large place au déficit de force excentrique dans la survenue des lésions musculaires, tendineuses et ligamentaires, lors de la pratique d’activités physiques. À ce titre, le déséquilibre entre la force excentrique de certains muscles antagonistes, muscles ischio-jambiers et de la coiffe des rotateurs, et la force musculaire concentrique du quadriceps et des muscles agonistes du lancer (abaisseurs d’épaule, rotateurs internes d’épaule et triceps brachial) peut être mis en avant.

Pathologie articulaire

Dans la pathologie articulaire, le risque lésionnel est plurifactoriel, mais le déséquilibre musculaire n’a pas sa place. La découverte d’un déficit musculaire ou d’un déséquilibre musculaire est, a priori, la conséquence de la lésion. La reprogrammation des qualités musculaires nécessaires au bon fonctionnement musculaire est indispensable. Cela passe en première intention par un travail musculaire adapté au déficit retrouvé, ce qui peut se traduire par la restauration d’un équilibre musculaire satisfaisant. La restauration de cet équilibre devant s’accompagner d’une bonne récupération musculaire. Il n’est pas certain qu’un bon équilibre musculaire accompagné d’un déficit de 50 % des agonistes et antagonistes assure un bon résultat.

Bibliographie

  1. Davies GJ. A compendium of isokinetics in clinical usage and rehabilitation techniques. 3rd Ed. Onalaska, WI, S & S Publishers, 1987 : 530 pages.
  2. Gaudet S, Tremblay J, Begon M. Muscle recruitement patterns of the subscapularis, serratus anterior and other shoulder girdle muscles during isokinetic internal and external rotations. J Sports Sci 2008 ; 39 : 985-93.
  3. Sorensen H, Zadro M, Simonsen EB et al. Joint angle errors in the use of isokinetic dynamometers. Isokinet Exerc Sc 1998 ; 7 : 129-33.
  4. Doorenbosch CA, Mourits AJ, Veeger DH et al. Determination of functional axes during elevation of the shoulder complex. J Orthop Sports Phys Ther 2001 ; 31 : 133-7.
  5. Forthomme B, Dvir Z, Crielaard JM, Croisier JL. Isokinetic assessment of the shoulder rotators: a study of optimal test position. Clin Phys Funct Imaging 2011 ; 31 : 227-32.
  6. Edouard P, Samozino P, Julia M et al. Reliability of isokinetic assessment of shoulder rotators strength: a systematic review of the effect of position J Sport Réhabilitation 2011 ; 20 : 367-83.
  7. Kuhlman JR, Iannotti JP, Kelly MJ et al. Isokinetic and isometric measurement of strength of external rotation and abduction of the shoulder. J Bone Joint Surg Am 1993 ; 75 : 1320-33.
  8. Malerba JL, Adam ML, Harris BA et al. Reliability of dynamic and isometric testing of shoulder external and internal rotators. J Orthop Sports Phys Ther 1993 ; 18 : 543-52.
  9. Gremaux V, Codine P, Bernard P et al. Étude de la reproductibilité de l’évaluation de la force musculaire des rotateurs latéraux et médiaux de l’épaule par dynamomètre isocinétique. 5e journée belge d’isocinétisme ; décembre 2005.
  10. Whitcomb LJ, Kelley MJ, Leiper CI. A comparison of torque production during dynamic strength testing of shoulder abduction in the coronal plane and the plane of the scapula. J Orthop Sports Phys Ther 1995 ; 21 : 227-32.
  11. Warner JP, Micheli LJ, Arslaman LE et al. Patterns of flexibility, laxity and strength in normal shoulders and shoulders with instability or impingement. Am J Sports Med 1990 ; 34 : 39-43.
  12. Codine P, Pocholle M. Apport de l’isocinétique dans le bilan du conflit sous acromial In Pathologie de la coiffe des rotateurs. Paris : Masson, 1993 : 48-54.
  13. Bak K, Magnusson SP. Shoulder strength and range of motion in symptomatic and pain-free elite swimmers. Am J Sports Med 1997 ; 25 : 454-8.
  14. Wang HK, Cochrane T. Mobility impairment, muscle imbalance, muscle weakness, scapular asymmetry and shoulder injury in elite volleyball athletes. J Sports Med Phys Fitness 2001 ; 41 : 403-10.
  15. Camargo PR, Aura MA, Albuquerque-Senda F et al. Eccentric training for the shoulders abductors improves pain, fonction and isokinetic performance in subjects with shoulder impingement syndrome: a case series. Rev Bras Fisioter 2012 ; 16 : 74-83.
  16. Edouard P, Degache F, Ouillon R et al. Place du déséquilibre des rotateurs dans les facteurs de risque de l’épaule. XIIIe rencontres isocinétique médimex/Rotschild 2011.
  17. Dauty M, Dominique H, Helena A et al. Evolution of the isokinetic torque of shoulder rotators before and after 3 months of shoulder stabilization by the the Latarjet technique. Ann Readapt Med Phys 2007 ; 50 : 201-8.
  18. Caubère A, Lami D, Boileau P et al. Is the subscapularis normal after the open Latajet procedure? An isokinetic and magnetic resonnance imaging evaluation. J Shoulder Elbow Surg 2017; 26 : 1775-81.
  19. Olivier N, Daussin FN. Relationships between isokinetic shoulder evaluation and fitness characteristics of elite french female waterpolo players. J Hum Kinet 2018 ; 64 : 5-11.
  20. Bayios IA, Anastopoulo EM, Sioudris DS et al. Relationship between isokinetic of the internal and external shoulder rotators and ball velocity in team handball. J Sports Med Phys Fitness 2001 ; 41 : 229-35.
  21. Wang HK, Cochrane T. Mobility impairment, muscle imbalance, muscle weakness, scapular asymmetry and shoulder injury in elite volleyball athletes J Sports Med Phys Fitness 2001 ; 41 : 403-10.
  22. Forthomme B, Wiczorek V, Kaux JF et al. Lésions d’épaule chez le joueur de volleyball : approche isocinétique. XIIIe rencontres isocinétique médimex/Rotschild 2011.
  23. Middleton P, Puig PL, Trouve P. Étude critique des rapports agonistes/ antagonistes concentrique chez le sportif in Actualités en rééducation fonctionnelle et réadaptation. Paris Masson, 1994 : 18-21.
  24. Alfredson H, Pietila T, Lorentzon R. Concentric and eccentric shoulder and elbow muscle strength in female volleyball players and non-active female. Scand J Med Sci Sports 1998 ; 8 : 265-70.
  25. Yildiz Y, Aydin T, Sekir U et al. Shoulder terminal range eccentric antagonist/concentric agonist strength ratios in overhead athletes. Scand J Med Sci Sports 2006 ; 16 : 174-80.
  26. Scoville CR, Arciero RA, Taylor DC, Stoneman PD. End range eccentric antagonist/concentric agonist ratios: a new perspective in shoulder strength assessment. J Orthop Sports Ther 1997 ; 25 : 185-93.
  27. Ben-Yishay A, Zuckerman JD. Pain inhibition of shoulder strength in patients with impingement syndrome. Orthopedics 1994 ; 17 : 685-8.