Accueil / Dossiers / La santé bucco-dentaire du sportif / Érosions dentaires du sportif

Dossier : La santé bucco-dentaire du sportif

Érosions dentaires du sportif

L’érosion dentaire est une usure de la surface de la dent ou de l’émail, parfois jusqu’à la dentine, sous l’action des acides, sans participation microbienne. Cette perte de tissu dentaire est associée à des sensibilités au froid et au chaud.

La décohésion tissulaire va favoriser les modes d’usure mécaniques (tels qu’un brossage inadapté, ou encore le bruxisme).

Deux sources d’acides entraînent ces lésions :

  • une source extrinsèque : boissons avec pH inférieur à 5,7,
  • une source intrinsèque : vomissements, régurgitations gastro-oesophagiennes (1).

Nous le savons, l’athlète s’hydrate avec des boissons de l’effort. Il en a notamment besoin pour leur contenance en glucides qui permettent de soutenir l’effort. Mais, ces boissons, en plus de contenir des glucides, ont souvent un pH acide (2). Plusieurs boissons de l’effort délivrées aux sportifs ont des pH inférieurs à 5,7, limite communément admise pour une corrosion de l’émail dentaire superficiel. Consommées de façon régulière, de telles boissons ont donc un impact sur les dents. En revanche, certaines marques ont élaboré des boissons à pH neutre (3).

Le pH acide des boissons de l’effort relève de la présence :

  • d’additifs (tels que l’acide phosphorique, l’acide citrique ou tartrique),
  • de sucres fermentescibles (saccharose, fructose, glucose) qui entraînent une acidité secondaire en bouche lors de leur dégradation.

Quelques idées de pH sont présentées dans le tableau 1.

Le jus de raisin (pH = 4) est utilisé dans les recettes « maison » de boissons d’effort.

Si le sportif présente un bruxisme, celui-ci entretient le phénomène érosif lié à l’acidité. Il en est de même avec un brossage inadapté et donc iatrogène. Les premières molaires sont plus touchées que les secondes (Fig. 1)

Figure 1 – Lésion érosive sur une première molaire mandibulaire chez un adolescent sportif de haut niveau.

Cela s’explique par le fait qu’elles ont 6 ans d’écart de présence dans la cavité buccale, et souvent les dents mandibulaires ont des cavités plus marquées, car on brosse mieux en bas.

En prévention, il est recommandé :

  • de réduire la fréquence de prise et la durée d’exposition (sirotage) aux boissons acides (surtout chez l’adolescent) et de préférer l’eau,
  • d’éviter le grignotage de boissons/ aliments acides en dehors des repas,
  • d’utiliser une gourde à paille intégrée pour limiter le contact de la solution avec les dents et le parodonte lors de l’ingestion (buvez les boissons acides d’un trait plutôt qu’en plusieurs gorgées),
  • de boire un verre d’eau pure après les aliments/boissons acides, ce qui permet un retour à la normalité du pH de la plaque, bien que l’apport glucidique soit maintenu,
  • de mâcher un chewing-gum sans sucre,
  • d’attendre 30 minutes après les repas, ou après les vomissements pour se brosser les dents,
  • de se rincer la bouche avec une eau dentaire au fluorure (fluorure d’amine par exemple, mais tous les fluorures augmentent la résistance des dents aux acides),
  • d’utiliser systématiquement du recalcifiant produit à partir de la caséine du lait qui aurait comme principales fonctions de reminéraliser l’émail dentaire et de stimuler le flux salivaire.

Dr Lucile Goupy, Chirurgien-dentiste, Insep

Bibliographie

  1. Why sports drinks are destroying athletes’ teeth. carefreedental.com, published on march 3, 2016.
  2. Ehlen LA, Marshall TA, Qian F et al. Acidic beverages increase the risk of in vitro tooth erosion. Nutr Res 2008 ; 28 : 299-303.
  3. Avis et recommandations de la SFNS. Sécurisation vis-à-vis du dopage des boissons d’effort et de récupération consommées chez les sportifs. Avril 2015.