Dossier : Pathologie rachidienne

Introduction

Le spondylolisthésis est une pathologie vertébrale qui survient fréquemment au moment de la puberté. Après un rappel de la physiopathologie, des éléments cliniques et de la  prise en charge, les spécificités chez les jeunes sportifs seront présentées.

Définition

Le spondylolisthésis est une pathologie vertébrale caractérisée par le glissement d’une vertèbre en avant ou en arrière de la vertèbre sousjacente. Les vertèbres les plus souvent atteintes sont les quatrième et cinquième vertèbres lombaires.
La mobilisation anormale du corps vertébral est permise par une lésion appelée spondylolyse. Il s’agit d’une perte de continuité osseuse au niveau de l’isthme articulaire vertébral, qui est la zone définie comme la jonction entre l’articulaire supérieure et l’articulaire inférieure de l’arc postérieur de la vertèbre. Lorsque la spondylolyse atteint les deux isthmes vertébraux, le corps de la vertèbre se trouve entièrement détaché de l’arc postérieur. Le tronc se trouve alors désolidarisé du bassin et des membres inférieurs.
La spondylolyse peut être aiguë ou chronique. La forme aiguë est traumatique avec réellement une fracture bifocale vertébrale et son potentiel de guérison est plus important lorsque le déplacement est minime et que le diagnostic et le traitement sont faits. Dans la forme chronique, on observe un étirement progressif de l’isthme puis une rupture de celui-ci et la formation d’un tissu pseudo-fibreux ou parfois de kystes.
La fréquence de la spondylolyse dans la population générale est comprise entre 3 et 7 %. La fréquence chez le sportif est plus élevée, entre 20 et 40 % (1).
La spondyloptose est quant à elle le stade ultime du spondylolisthésis avec une dislocation lombo-sacrée, et une chute de la dernière vertèbre lombaire dans le petit bassin.