Accueil / Dossiers / Plongée et activités subaquatiques / Plongée et activités subaquatiques – Introduction

Dossier : Plongée et activités subaquatiques

Plongée et activités subaquatiques – Introduction

La plongée subaquatique est un loisir en pleine expansion avec plus de 300 000 plongeurs en France. Les accidents restent rares, mais potentiellement graves. Cette activité est donc considérée comme un sport à risque. Un des moyens de prévention est la visite médicale préalable, réalisée par un praticien sensibilisé aux contraintes physiologiques inhérentes à ces activités subaquatiques, tel qu’un médecin agréé par la Fédération Française d’Études et des Sports Sous-Marins (FFESSM) ou un médecin titulaire d’un diplôme universitaire de médecine du sport, de médecine de plongée ou de médecine hyperbare.

INTRODUCTION

En 2014, la FFESSM a décidé de ne plus exiger de prérogative particulière concernant la qualification du médecin délivrant un certificat médical de non contre-indication à la plongée jusqu’au  niveau 4. Cette position met un grand nombre de médecins dans une position très inconfortable en les contraignant à intervenir dans un domaine qu’ils ne maîtrisent pas complètement, avec des décisions qui peuvent avoir des conséquences médicolégales non négligeables.
Après un bref rappel sur le matériel, les techniques de plongée, les contraintes physiologiques de l’immersion et la conduite à tenir en cas d’accident, ce document présente les spécificités de la visite médicale de non contre-indication à la plongée subaquatique et aux autres activités subaquatiques telles que l’apnée sportive, la chasse sous-marine, le hockey subaquatique, la nage avec palmes, l’orientation subaquatique et le tir sur cible.