Accueil / Dossiers / Lésions ligamentaires et tendineuses des doigts / Lésions tendineuses – Mallet finger ou doigt en maillet

Dossier : Lésions ligamentaires et tendineuses des doigts

Lésions tendineuses – Mallet finger ou doigt en maillet

Examen clinique

Le doigt en maillet est une lésion fréquente due à une flexion brutale des gestes de la vie quotidienne et a fortiori à l’occasion d’un traumatisme sportif. Il s’agit d’une lésion du tendon extenseur au niveau de son insertion distale sur la phalange distale.

Le patient présente un déficit d’extension active (Fig. 1) avec une articulation souple. Cette lésion est généralement non douloureuse et le patient consulte avec retard.

Figure 1 Photographie d’un mallet finger.

Imagerie

La radiographie est systématique de face et de profil afin de rechercher un fragment  osseux et d’éliminer une subluxation (Fig. 2, 3). Aucun autre examen n’est nécessaire.

Figure 2 – Radiographie de profil d’un mallet finger tendineux pur.

Figure 3 – Radiographie de profil d’un mallet finger osseux, sans subluxation associée.

Classification

Tubiana (1) a proposé une classification simple en quatre stades (Tab. 1).

Tableau 1 – Classification du mallet finger selon Tubiana.

Traitement

Classiquement, le traitement est orthopédique (2-4). Il consiste en une immobilisation de l’articulation interphalangienne distale. Il existe différents types d’attelles.L’attelle de Stack (Fig. 4) présente un appui palmaire au niveau de la pulpe, et dorsal au niveau de la deuxième phalange, permettant une immobilisation satisfaisante de l’articulation interphalangienne distale. L’immobilisation doit être maintenue jour et nuit en permanence pendant six à huit semaines, puis trois à quatre semaines la nuit.

Figure 4 – Attelle de Stack qui présente un appui palmaire pulpaire et dorsal au niveau de P2.

Les explications doivent être données au patient quant à l’obligation de garder l’attelle en permanence, sous peine de fragiliser le cal tendineux et de retarder la cicatrisation.
Ce traitement peut être initié même à distance du traumatisme, jusqu’àdeux à six mois selon les auteurs. Un petit déficit de mobilité séquellaire non gênant est classique en fin de traitement. Aucune rééducation n’est habituellement nécessaire.
En cas d’échec du traitement orthopédique ou de lésion ancienne, une intervention de ténodermodèse peut-être réalisée. Il s’agit d’une excision tendino-cutanée elliptique emportant la peau et le tissu cicatriciel. Une suture cutanéo-tendineuse est réalisée et l’articulation interphalangienne distale immobilisée en extension par une broche temporaire transarticulaire. Dans les stades C, le traitement est chirurgical pour réduction de la luxation et ostéosynthèse par broches.

Le mallet finger est une lésion fréquente souvent vue tardivement. Le traitement orthopédique est la règle mais il doit être bien conduit. La compliance du patient est indispensable à sa réalisation. Une petite raideur séquellaire est fréquente mais non gênante.