Accueil / Dossiers / L'examen clinique de l'épaule du sportif / 7. Manœuvres de mise en évidence d’un conflit (impingement)

Dossier : L'examen clinique de l'épaule du sportif

7. Manœuvres de mise en évidence d’un conflit (impingement)

Le conflit glénoïdien postéro-supérieur est fréquent dans les sports d’armer du bras.

Les manœuvres de recherche de conflit sont réalisées en fin d’examen pour confirmer l’implication des tendons de la coiffe des rotateurs dans les douleurs de l’épaule. Le but de ces manœuvres est de reproduire une douleur lors d’un contact ou d’un frottement entre la voûte et la coiffe des rotateurs.

Il existe plusieurs types de conflits. Le plus fréquent est le conflit supéro- externe ou sous-acromial ou antéro-supérieur. Il existe des lésions du supraspinatus à sa face supérieure parfois étendues à l’infraspinatus. Il se caractérise par un conflit des tendons avec le bec antéro-inférieur de l’acromion et le ligament acromiocoracoïdien formant l’arche acromiocoracoïdienne, parfois également avec des ostéophytes inférieurs de l’articulation acromio-claviculaire.

Le conflit glénoïdien postéro-supérieur est fréquent chez le sportif dans les sports “d’armer” du bras (volley-ball, handball…). Il met en conflit l’insertion du supraspinatus et le bord postéro-supérieur de la glène lorsque le bras est en abduction- rotation latérale. Il est souvent lié à une instabilité antérieure d’épaule ou une rétraction de la capsule postéro-inférieure.

Il existe également un conflit sous-coracoïdien ou antéro-interne au niveau de la jonction entre le tendon du subscapularis et le supraspinatus qui entre en conflit avec le processus coracoïde et la chape fibreuse tendue du bord latéral du ligament acromio-coracoïdien et le tendon du coraco-biceps.

Les tests d’impingement sont idéalement réalisés avec et sans infiltration sous-acromiale de 10 cc de lidocaïne rendant la manœuvre réalisée indolore et signant le diagnostic.

On pratique donc les manœuvres suivantes.

Manœuvre de Neer (Fig. 39) :
– patient au mieux debout, sinon assis, on se place derrière lui,
– on maintient avec une main la pointe de la scapula pour bloquer sa mobilité,
– de l’autre main on porte le bras du patient en antépulsion maximale et rotation médiale maximale avec une discrète abduction,
– la manœuvre est douloureuse en cas de conflit supéro-externe.

Figure 39 – Manœuvre de Neer : conflit supéro-externe (sous-acromial).

Test de Jobe (Fig. 26) :
– cf supra,
– teste le supraspinatus et peut révéler en cas de douleur et concordance d’autres signes de conflits, un conflit supéro-externe.

Figure 26 – Manœuvre de Jobe.

• Test de Yocum (Fig. 40) :
– patient au mieux debout, on se place face à lui,
– il place sa main sur son épaule controlatérale,
– on place une main sur le coude du patient,
– on lui demande de réaliser une élévation du coude vers le plafond contre résistance,
– le test est douloureux en cas de conflit supéro-externe.

Figure 40 – Test de Yocum : conflit supéro-externe.

Test de Hawkins (Fig. 41) :
– patient au mieux debout, on se place sur le côté à évaluer,
– on porte le bras du patient en antépulsion à 90°, coude fléchi en discrète abduction,
– on réalise alors une rotation médiale maximale,
– le test est douloureux en cas de conflit antéro-interne et parfois supéro-externe.

Figure 41 – Signe de Hawkins : conflit antéro-interne (sous-coracoïdien).

Test de conflit coracoïdien de Gerber (Fig. 42) :
– patient au mieux debout, on se place derrière lui,
– on porte le bras en abduction à 90°,
– on imprime une rotation médiale maximale,
– la manœuvre est douloureuse en cas de conflit antéro-interne.

Figure 42 – Test de conflit coracoïdien de Gerber : conflit antérointerne (sous-coracoïdien).

Test d’abduction-rotation latérale (Fig. 43) :
– patient au mieux debout, on se place derrière lui,
– on place le bras en rotation latérale, coude fléchi à 90°,
– on réalise une abduction entre 90° et 150°,
– le test est douloureux en cas de conflit postéro-supérieur, il existe une appréhension en cas d’instabilité, souvent les deux sont intriqués.

Figure 43 – Conflit postéro-supérieur.