Dossier : Le syndrome de loge chronique

Physiopathologie

Cette notion fondamentale de concept contenant-contenu suppose deux corollaires potentiels physiopathologiques.

Le premier corollaire tient au contenu

Il résulte d’une majoration du volume musculaire au-delà des 20 % observés dans les conditions physiologiques d’effort.
Outre l’hypertrophie musculaire du sportif, l’augmentation du contenu peut résulter de plusieurs facteurs vraisemblablement intriqués les uns aux autres (1) :

  • hyperhémie d’effort,
  • troubles de l’osmolarité du secteur interstitiel,
  • ischémie micro-circulatoire de type capillaire compressif par diminution du gradient artérioveineux qui nous semble être l’élément majeur inducteur de ce syndrome de loge (2).

Il est néanmoins important de préciser que dans tous les cas, même lors d’un syndrome de loge aigu, il n’y a jamais de compression des gros troncs artériels qui restent toujours bien perçus.

Le second corollaire, plus discuté, tient au contenant

À savoir l’aponévrose de la loge musculaire et qui s’exprimera :

  • soit par le biais d’une loge génétiquement trop exiguë,
  • soit chez le sportif, par le biais d’une aponévrose remaniée, épaissie, rigide, expression d’agression micro- traumatique générant fibrose et rétraction.

Néanmoins, les études de la littérature sont contradictoires. Ainsi, lors des constats opératoires de Turnispeed (1) sur 209 malades opérés dont 89 % d’athlètes, on retrouvait :

  • 40 % présentant un épaississement aponévrotique,
  • 14 % de véritables lésions inflammatoires de l’aponévrose.

Une étude plus récente de Dahl et Magnusson (3) publiée dans Clinical Orthopedic ne retrouve ni épaississement ni rigidité de l’aponévrose, la loge génétiquement trop exiguë leur semblant l’élément dominant.

Le schéma récapitulatif du concept contenant-contenu aboutit à cette équation incontournable d’une augmentation de la pression intratissulaire à partir de laquelle une cascade de réactions contribue à majorer la pression si l’effort se poursuit en cas de syndrome de loge chronique et même si l’effort est interrompu en cas de syndrome de loge aigu (Encadré 1).

Encadré 1 – Schéma récapitulatif du concept contenant-contenu.