Accueil / Dossiers / La santé bucco-dentaire du sportif / Soins dentaires à l’Insep

Dossier : La santé bucco-dentaire du sportif

Soins dentaires à l’Insep

En 2009, l’Insep devient l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance. Placé sous la tutelle du ministère des Sports, l’Insep a un caractère scientifique, culturel et professionnel. Le service médical répond à cette mission d’accompagnement des sportifs et le cabinet dentaire en fait partie intégrante.

Les motifs de consultations au cabinet dentaire sont :

  • la prévention (grâce au bilan annuel),
  • les soins qui sont répertoriés lors du bilan,
  • les urgences.

Les soins les plus fréquents sont à mettre en relation directe avec la population concernée. En effet, les athlètes ont en moyenne entre 15 et 35 ans et les pathologies et/ou problèmes rencontrés sont principalement :

  • les lésions carieuses,
  • la prise en charge des dents de sagesse en évolution,
  • l’orthodontie,
  • les problèmes occlusaux (qui influencent la posture),
  • le brossage inadapté, insuffisant et iatrogène.

Certains athlètes sont très jeunes à leur arrivée à l’Insep et leur croissance osseuse et dentaire n’est pas encore finie.

Les lésions carieuses

Elles sont encore trop nombreuses malgré les bilans et l’encadrement des équipes médicales. L’indice CAO reste supérieur à la moyenne nationale pour la même tranche d’âge.

Avant le début des soins, l’enquête alimentaire révèle souvent des tendances au grignotage et à la consommation quotidienne de sodas et de boissons énergétiques. Ces mauvaises habitudes sont aussi à mettre en relation avec l’âge de nos patients qui sont adolescents pour la plupart (ou jeunes adultes). On peut également noter un report des soins et un mauvais suivi dus aux nombreux déplacements et impératifs des sportifs de haut niveau.

Les dents de sagesse

La prise en charge des dents de sagesse dépend de nombreux facteurs :

  • leur position (désinclusion ou pas, proximité du nerf alvéolaire inférieur pour les dents de sagesse mandibulaires, obstacles anatomiques…),
  • épisodes d’accident d’évolution des dents de sagesse (infection du sac péricoronaire),
  • timing des échéances sportives à prendre en compte et répercussions de la chirurgie en post-opératoire.

Tous ces éléments nous permettent de définir la conduite thérapeutique à tenir. Il n’y a donc pas de « décision type ». Pour chaque athlète, une réflexion est menée afin de répondre au mieux à ses besoins de santé tout en y intégrant ses « contraintes sportives ».

L’orthodontie

Le cabinet dentaire de l’Insep ne propose pas de traitement d’orthodontie. Cependant, compte tenu de la demande de nos patients en « âge orthodontique », nous répondons à des urgences. Parfois, certains de nos patients sont en cours de traitement et appareillés et nous assurons le relais avec leurs praticiens. Certains athlètes ont besoin ou souhaitent débuter leur traitement lors de leur internat à l’Insep. Dans ces cas précis, nous les orientons vers des praticiens proches du site.

Les problèmes occlusaux

Les problèmes occlusaux sont également fréquents : la phase de croissance coïncide avec une période de stress important. Le stress des athlètes peut être décompensé par du « bruxisme » ou « clenching ». Parfois, ces problèmes occlusaux se traduisent par des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM). Les symptômes revêtent différentes formes. Ils se manifestent par des bruits articulaires en fermeture et/ou en ouverture qui peuvent aller jusqu’au blocage de la mâchoire. Certains athlètes décrivent des douleurs importantes avec des répercussions sur leurs performances. Une consultation en posturologie plus adaptée est dorénavant possible afin de proposer une prise en charge globale et pluridisciplinaire de cette pathologie avec différents praticiens : kinésithérapeute, ostéopathe, médecin du sport, podologue et dentiste.

Le brossage

Les consultations au sein du cabinet dentaire ont également pour objectif de répondre aux questions diverses de nos athlètes concernant les bonnes habitudes buccodentaires, et particulièrement le brossage. On remarque que celui-ci est la plupart du temps inadapté voire iatrogène. Un brossage trop fort est souvent la cause de mylolyses précoces. Après une mise au point pour réadapter leurs habitudes, les soins sont réalisés et un contrôle régulier est mis en place.

Dr Ilhem Hachani, Chirurgien-dentiste, Insep