Dossier : Nouvelle approche thérapeutique des tendinopathies d’Achille

Synthèse

En résumé, il existe 3 niveaux lésionnels :

  • Les tendinopathies corporéales : il s’agit de la condition phare du peignage chirurgical comme de l’injection de facteurs de croissance qui, à mon sens, doivent actuellement se substituer au geste chirurgical, car ils donnent des résultats similaires en apportant plus de PRP que le simple saignement par scarification et une évolution plus rapide chez le sportif de haut niveau pour un coût économique moindre.
  • Le conflit de Haglund : cette situation va supposer, en cas d’atteinte importante du tendon, un geste chirurgical par résection du bord postéro-supérieur du calcanéum et un peignage ou une injection de facteurs de croissance en peropératoire.
  • Les tendinopathies d’insertion avec 3 cas de figure :
    – Désinsertion partielle profonde : indication chirurgicale par désinsertion réinsertion transcalcanéenne.
    – Désorganisation d’une déchirure partielle superficielle : greffe ou PRP.
    – Atteinte intrinsèque du tendon : évaluation par l’imagerie du ratio entre l’atteinte tendineuse et l’atteinte osseuse et, si l’atteinte tendineuse est dominante, injection de PRP sous échographie.

Comme nous le précisions, le protocole postopératoire repose de J1 à J7 sur une chaussure Walker, un anticoagulant, un dénivelé antéropostérieur de 1,5 cm et 2 cannes anglaises. De J7 à J14, même chaussure Walker, mais sans dénivelé antéropostérieur, une canne anglaise et début de la rééducation à partir de 15e jour. De J15 à J42, protocole rééducatif avec travail excentrique à J21 et reprise de l’entraînement et athlétisation à 6 semaines. Notre expérience au vu des 30 premiers cas répondant à cette notion d’indication et de contre-indication :

  • Le matériel repose sur 30 cas correspondant à 28 patients, dont 2 atteintes bilatérales (28 sportifs, dont 15 professionnels et 13 amateurs).
  • Parmi les 15 sportifs professionnels : 6 volleyeurs, tous internationaux, (1 atteinte bilatérale), 1 footballeur (international), 3 rugbymen du Top 14 (internationaux avec 1 forme bilatérale), 1 handballeur professionnel, 1 athlète d’Arabie Saoudite en final des JO à Rio, 1 triathlète, 1 marathonien et 1 tennisman.
  • Parmi les 13 sportifs amateurs (compétitions) : 3 trails, 1 randonneur, 1 triathlète, 6 marathoniens, 1 danseur, 1 footballeur et 1 roller. Les tendinopathies concernées reposaient sur 22 tendinopathies corporéales et 8 enthèses.

L’échelle visuelle analogique (EVA) était à 6,9 juste après l’injection et à 0,36, 8 semaines après l’injection. La douleur à la pression était de 8,2/10 avant l’injection et se situait à 0,6/10, 8 semaines après l’opération. Tous ont reprit le sport, y compris les professionnels.