Dossier : Nouvelle approche thérapeutique des tendinopathies d’Achille

Thérapeutique du futur

Nous avons sélectionné 2 études :

  • La première est une étude de Chong (Singapour) publiée dans le JBJS américain de 2007, qui a pris pour modèle des lapins néozélandais chez lesquels a été réalisée une section du tendon d’Achille. Le but de cette étude était de démontrer l’intérêt des cellules souches dans la cicatrisation tendineuse.

Tous ont été traités. Un groupe a été traité par injection de cellules souches + un vecteur (la fibrine), et un autre groupe par la fibrine seule. Ô surprise ! Après sacrifice à la 1e, 3e, 5e, et 12e semaine, l’étude histologique et mécanique a montré qu’il n’y avait pas de différences significatives entre les 2 groupes, y compris dans les tests de résistance et de force. De fait, la fibrine seule semble aussi efficace que l’association cellules souches et fibrine, ce qui plaide en faveur du rôle du sang et en particulier des facteurs de croissance.

  • La deuxième étude, publiée par Hoffman et al. dans le JCL en 2006, développe l’attitude des SMAD dans la différenciation cellulaire. Les SMAD sont des protéines de signalisation qui interviennent après stimulation par le TGF bêta (donc un de ces fameux facteurs de croissance). Elles interviennent dans les processus physiologiques fibrosants de cicatrisation (peau, os, cartilage…) ou de façon anormale, en particulier la SMAD 5, dans la sclérodermie. Les SMAD 1 et 5, ainsi stimulées, vont entraîner les différenciations ostéoblastiques. La stimulation des SMAD 8 engendre quant à elle une différenciation en tendinocyte +++.

Les propriétés de transactivation des SMAD 8 agissent par le biais d’intermédiaires moléculaires inconnus.

In vitro : on observe une maturation matricielle de la cellule souche entre le 4e et le 10e jour avec confluence cellulaire et formation tendineuse au 14e jour.

In vivo : Ces cellules progénitrices sont capables de former un tendon ectopique lorsqu’elles sont implantées dans un tendon lésé. Elles permettent d’induire la réparation d’un tendon d’Achille abîmé expérimentalement. La qualité de la réparation a été attestée par étude échographique et IRM montrant la disposition habituelle de la structure tendineuse, confirmée par les études histologiques. Ceci participe vraisemblablement au processus très complexe des facteurs de croissance dans la réparation tissulaire tendineuse.