Accueil / Actualités / Hommage au Dr Gérard Nicolet

Hommage au Dr Gérard Nicolet

C’est avec tristesse que nous avons appris la disparition lundi 8 mai 2017 du Dr Gérard Nicolet, membre du comité de rédaction de Médecins du sport depuis plus de 10 ans. Nous avons souhaité lui rendre hommage.

Gérard Nicolet

Gérard Nicolet, en 2012, à Dole, lors du prologue du Tour de l’Avenir (©Benoît Ingelaere).

Salut Gérard,
Tu viens de nous quitter, mais ta bonne humeur et ton humour sont toujours là.
Nos oreilles résonnent encore de tes plaisanteries et de tes calembours, si appréciés de tous.
Tu aimais le sport, la médecine, les amis, les voyages, la vie en général.
En 1974, tu as effectué ton service militaire. Tu as réussi à être affecté au fameux “Bataillon de Joinville”, là où allaient tous les sportifs français de haut niveau. Tu y as côtoyé Michel Platini, Bernard Thévenet, et bien d’autres…
Tu adorais le foot, mais c’est à cette époque que j’ai eu le privilège de te faire découvrir le cyclisme de haut niveau. Et il est devenu ta seconde famille. Tu as sillonné toutes les routes de France avec le Tour, mais aussi Paris-Nice, le Tour méditerranéen, les championnats de France, etc.
Tu es devenu l’ami de Lucien Aimar, Bernard Hinault, Stephen Roche, Laurent Fignon, tous vainqueurs du Tour !
À la Fédération française, tu es vite devenu médecin fédéral régional pour finir membre du comité directeur…
Mais tu n’as jamais oublié le foot, et en 1998, lors de la Coupe du Monde en France, tu étais, grâce à ton ami Michel Vautrot, le grand arbitre international, le médecin des arbitres de ce Mondial.
Partout tu étais apprécié. Partout tu as laissé cette belle image du copain disponible, du garçon jovial et convivial et du médecin compétent. De partout on venait te demander ton avis…
Tu viens de partir et tu nous manques déjà.
Veille sur nous de là-haut.
Continue à faire sourire tous ceux que tu vas retrouver, sportifs ou non.
Nous, nous ne t’oublierons pas.
Gérard Porte, un de tes nombreux copains

C’est avec une grande peine que nous avons appris le décès brutal d’un confrère, qui au fil des ans est devenu un ami. Sa présence au comité de rédaction de Médecins du sport a toujours enrichi les débats. D’abord, par un engagement sans faille pour la médecine du sport, mais aussi par sa production et sa coordination d’articles toujours à la pointe de l’actualité. Je n’oublierai pas son humour parfois un peu décalé qui donnait vie à nos réunions et qui aujourd’hui est remplacé par un silence pesant.
Dr Didier Rousseau, rédacteur en chef de Médecins du sport

Il y a des êtres dont on est heureux d’avoir croisé le chemin… Gérard nous a tous éclaboussés de son intelligence, de sa gentillesse et de son humour. Tout cela ne s’oublie pas, car nous en avons été enrichis.
Jean-Marie Coudreuse

Mon cher Gérard,
Ce coup-ci, tu m’as pas fait rire.
Tu me manques déjà.
Je t’embrasse,
Patrick Middleton

Très attristé par cette nouvelle, c’est la disparition d’un gentil mec apprécié de tous.
Amitiés.
Olivier Fichez

Sans doute de par leur exercice professionnel si particulier, les médecins du sport de terrain sont toujours des atypiques.
Pourtant, avoir une passion commune (le sport, la médecine, l’accompagnement médical des sportifs), c’est développer et entretenir une amitié profonde pendant des décennies.
Avec Gérard, c’était simple : un sourire, un souvenir, une histoire, et nous nous envolions ensemble vers des moments rares toujours imaginatifs, surprenants et fantastiques.
Cette fois-ci, Gérard est parti seul. Nous nous retrouvons inutiles et lourds, avec une énorme peine sur les épaules.
Jacques Pruvost

Une pensée émue pour un ami qui nous quitte.
Gérard, tu représentais si bien l’esprit de notre groupe. Le blagueur, chambreur, amateur de calembours, toujours de bonne humeur, savait aussi se montrer sérieux, appliqué, passionné, responsable.
Nos réunions médicales grâce à des personnalités comme la tienne étaient toujours un vrai plaisir, comme en témoigne notre assiduité pendant près de 20 ans.
Ta chaise paraît désertée, mais rassure-toi, quelque part tu restes avec nous.
Jacques Parier

Gérard, salut mon gars,
Nous nous sommes croisés souvent pendant toutes ces années. En cours, en congrès, en séminaires et depuis quelque temps plus régulièrement lors de nos réunions Médecins du sport.
Lors de ces réunions, j’aimais bien me retrouver à côté de toi, car je connaissais ton mode d’emploi et nous pouvions nous raconter des bêtises énormes, même si tu pouvais instantanément retrouver ton sérieux et suivre la réunion, un vrai talent !
Gentillesse et humour sont les deux mots que j’associe automatiquement à ton nom et ce sont deux mots qui valent cher.
Mais, quand même, qu’est-ce que tu pouvais être provincial ! Et tellement fier de l’être ! Tu nous le rappelais chaque fois, c’était ta signature. Nous ignorions seulement le moment auquel tu allais nous le dire.
Tu es vraiment parti trop tôt.
À un de ces jours, je veux le croire.
Hervé de Labareyre

Dans notre comité, Gérard était l’efficacité, la compétence, la bienveillance, il avait humour, répartie et gentillesse. Son départ précipité nous laisse dépourvus et chargés de tristesse. Sa place sera vide et le manque présent, avec beaucoup d’affection.
Marie-France Oprendek-Roudey