Accueil / Actualités / Jeux olympiques : comment gérer le décalage horaire ?

Jeux olympiques : comment gérer le décalage horaire ?

Cette année, les Jeux olympiques se sont déroulés à Rio au Brésil. Comment les athlètes réussissent-ils à être au top de leur forme après un voyage de 12 heures et avec un décalage horaire de 5 heures ? Éléments de réponse avec le Dr Philippe Le Van, directeur de la Commission médicale du Pôle olympique et haut niveau du Comité national olympique et sportif français.

Quelles sont les précautions à prendre avant l’arrivée au Brésil ?

Avant les Jeux olympiques, les sportifs se sont déjà rendus entre deux et cinq fois au Brésil afin d’effectuer une reconnaissance des lieux, d’essayer les installations, de voir comment le voyage est supporté, etc. Ces périodes, appelées tests events, sont très importantes.
Il y a deux vols par jour pour Rio : un vol de nuit qui part à 23h35 heures françaises et qui arrive à 5h40 au Brésil et un vol de jour qui part à 13h30 de Paris et qui arrive à 20h15 heures brésiliennes. Ces voyages à Rio ont donc permis à chaque sportif de voir s’ils préfèrent le vol de jour ou le vol de nuit. La façon dont est vécu le décalage est très individuelle ! Généralement, le vol de nuit est préféré, car la majorité des personnes sont du soir. Il est donc plus facile d’aller vers l’ouest. Classiquement, il est conseillé d’arriver entre une demi-journée et une journée par heure de décalage avant le début des épreuves. La plupart des sportifs sont donc arrivés au moins 5 jours avant. Pour ceux qui sont du matin, le voyage vers l’ouest est plus difficile, car leur journée est raccourcie. Il leur est donc conseillé d’arriver encore plus tôt avant le début des compétitions pour qu’ils aient le temps de s’adapter.
Il est également possible de s’adapter progressivement au décalage horaire, en se décalant progressivement en France. Lorsqu’on va vers l’ouest, il suffit de se coucher de plus en plus tard. Dans ce sens, c’est assez facile à mettre en pratique. Vers l’est, c’est plus compliqué…

Comment l’entraînement en France est-il adapté ?

En France, les horaires des entraînements sont adaptés. Les sportifs essaient de s’entraîner aux horaires où ils auront les compétitions. Je pense en particulier à la natation, discipline pour laquelle certaines compétitions commençaient à 22h à Rio.

Pendant le vol, quelles sont les recommandations ?
Il est recommandé de :
• Se mettre à l’heure du pays dès que l’on rentre dans l’avion : régler tout de suite sa montre, son smartphone… En général, les compagnies aériennes essaient de prévoir les repas à l’heure du pays. En effet, la vie sociale, dont les repas font partie, est un élément essentiel pour se caler. Essayer de dormir également selon l’heure du pays.
• Éviter les excitants (caféine, alcool) et bien s’hydrater.

Conseillez-vous la prise de médicaments pour aider à supporter le décalage horaire ?
C’est comme tout, il faut avoir essayé avant, car des effets paradoxaux peuvent survenir avec les médicaments contre le décalage horaire. Il ne faut pas improviser au moment des jeux. Les jeux, c’est une fois tous les 4 ans, il n’y a pas de 2e chance !

Comment se passe le premier jour pour ceux qui prennent le vol de nuit ?
Ceux qui arrivent le matin doivent s’occuper pour essayer de se recaler. En général, nous leur conseillons de faire soit un entraînement très léger, simplement pour les maintenir éveillés, soit d’aller faire une visite…
Ensuite, c’est vraiment en fonction de chaque personne, ils ont tous leur petit rite. Certains aiment faire une grasse matinée. En général, la première nuit se passe plutôt bien en raison de la fatigue du voyage, mais la deuxième nuit est plus difficile…

L’entraînement est-il plus difficile les premiers jours ?
Oui. Les entraîneurs allègent donc un peu les premiers entraînements et l’adaptent au niveau de forme de chacun. L’objectif n’est pas de se blesser juste avant les jeux !
Par ailleurs, l’organisation des entraînements est très cadrée, il y a des créneaux à respecter.
Certains sports, comme la natation ou l’athlétisme, ont fait le choix d’aller s’entraîner dans d’autres endroits pour avoir la liberté des heures d’entraînement. Il est d’ailleurs recommandé de s’entraîner le soir lorsqu’on va vers l’ouest.

Quelles sont les spécificités selon les sports ?
Il y a des sports où tout va se jouer sur une journée, et il est donc impératif d’être au meilleur de sa forme ce jour-là. Et puis, pour d’autres sports comme les sports d’équipe, ils vont commencer à un moment des jeux et peuvent aller jusqu’au bout quasiment. L’adaptation est donc différente.

L’astuce

« La lumière est le meilleur synchronisateur, puisqu’elle empêche la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil. Et c’est l’augmentation du taux de mélatonine qui favorise l’endormissement. Donc en cas de petit coup de barre, exposez-vous bien à la lumière ! » Dr Philippe Le Van

Entretien du 22 juillet 2016