Accueil / Sports / Tennis / Le centre national d’entraînement de tennis : le futur du tennis

Le centre national d’entraînement de tennis : le futur du tennis

Dr Jacques Parier (Médecine physique et réadaptation, Paris)

Depuis début octobre 2015, la direction technique nationale de la Fédération française de tennis a investi ses nouveaux quartiers de la Porte Molitor, à deux pas du stade de Roland-Garros, après 2 ans de travaux. Construire un nouveau centre national d’entraînement (CNE) était devenu une nécessité, car le CNE actuel était, de l’avis général, devenu trop exigu et sur certains points obsolète après 25 ans de bons et loyaux services. Il ne permettait plus de travailler dans les conditions optimales que nécessite le tennis de haut niveau.

© Julien Lanoo pour Marc Mimram Architecte, Paris

Garantir la compétitivité du tennis français

 Le futur centre d’entraînement offre une meilleure qualité d’accueil à tous niveaux. Il comporte plusieurs orientations. Il s’agit d’un centre d’entraînement, d’un centre médical et de récupération très performant. Mais il s’agit également d’un centre de ressources et d’un outil technologique. La construction du nouveau CNE constitue un enjeu stratégique pour garantir la compétitivité du tennis français dans les années à venir. Pôle d’excellence, il a pour mission de former les futurs professionnels du tennis français – joueurs et entraîneurs de haut niveau. Il a été conçu en collaboration étroite avec l’architecte et ingénieur parisien Marc Mimram. Né en 1955, celui-ci possède un CV impressionnant. Il a participé à de nombreuses réalisations dans le monde entier. Il est notamment passé par-dessus la Seine, en réalisant la passerelle Solférino en 1999, qui lui a valu l’Équerre d’argent, prix que l’on compare souvent au Goncourt de l’architecture.

L’hébergement

Un certain nombre de chambres ont été intégrées dans le bâtiment. La capacité d’hébergement est la même qu’à l’origine du CNE. Il est ainsi possible d’accueillir une cinquantaine de joueurs et joueuses en provenance de toute la France pendant les périodes de stages. Une salle de restaurant est intégrée à l’intérieur du bâtiment.

Un espace de formation et d’enseignement

Le CNE permettra d’organiser sur place le secteur formation et enseignement. Grâce aux moyens techniques de pointe développés, des stages de formation pour les entraîneurs et les enseignants, des conférences, des rassemblements pour les cadres techniques fédéraux seront organisés dans les meilleures conditions possible. Tout ce secteur, jadis externalisé, pourra être développé localement dans des conditions optimales.

Des technologies de pointe

Un court “technologique” est aménagé le long du boulevard Murat. Il est muni de nombreuses caméras fixes et mobiles et d’instruments de mesure. Cela permet l’analyse technique et tactique des séances d’entraînement grâce à un logiciel. Les paramètres relatifs aux trajectoires de balles et aux impacts sur le sol (vitesse, longueur, hauteur, zones…) sont collectés grâce à des outils performants au sein d’une régie dédiée. Ces précieuses informations destinées aux joueurs en priorité permettent d’adapter les entraînements et d’effectuer une analyse biomécanique précise pour améliorer un geste ou déceler un défaut technique masqué dans un mouvement global.

© Julien Lanoo pour Marc Mimram Architecte, Paris

Un entraînement optimal 

Le nouveau complexe dispose pour l’entraînement de tennis d’une grande halle couverte de six courts, dont l’éclairage et la surface ont été soigneusement étudiés pour une pratique optimale et de quatre courts extérieurs en dur éclairés. Le CNE dispose d’une salle dotée de machines de musculation de dernière génération permettant un renforcement musculaire des membres supérieurs et inférieurs, mais aussi du tronc. Certaines machines dites isocinétiques permettent un travail concentrique et/ou excentrique. Elles permettent en outre de tester les groupes musculaires à la recherche d’un déficit ou d’un déséquilibre. Les techniques de récupération ont été particulièrement développées. Il existe une balnéothérapie avec bain réfrigérant, bain chaud pour ses vertus relaxantes et pour une éventuelle rééducation, cryothérapie corps entier, hammam.

Une “salle d’hypoxie”

Le CNE dispose d’une “salle d’hypoxie”. Il s’agit d’une salle d’entraînement en situation de raréfaction d’oxygène. Les conditions atmosphériques artificiellement créées sont proches de celles que l’on retrouve en montagne avec une densité de l’air et une pression en oxygène plus faible. L’exposition du sportif à cet environnement constitue un stress physiologique qui entraîne des réponses adaptatives de l’organisme (hématologiques, respiratoires et métaboliques) et augmente ainsi son niveau de performance. Tout d’abord, pour compenser cette rareté en oxygène, l’organisme va augmenter sa masse de globules rouges. De nombreux travaux ont montré qu’une exposition chronique à l’hypoxie stimule la sécrétion d’érythropoïétine (EPO), hormone qui active la synthèse des globules rouges. Ce mode d’entraînement va également améliorer l’économie ventilatoire du sportif et ainsi sa résistance à l’effort. L’amélioration du niveau de performance physique s’étend généralement sur 3 semaines après un stage en chambre hypoxique. Le CNE offrira ainsi à ses athlètes un outil de pointe décisif dans la recherche de performance à haut niveau.

Des espaces interconnectés

Le centre médical, sous la direction du Dr Bernard Montalvan, par ailleurs médecin des équipes masculines de tennis, comporte plusieurs bureaux de consultation avec des salles dédiées à la cardiologie, l’échographie, la gestion de l’informatique médicale… Des relations permanentes sont possibles du fait de la concentration des locaux avec les kinésithérapeutes du centre dont Christophe Ceccaldi est le responsable. Du fait de l’organisation des espaces, il est désormais plus facile pour les entraîneurs d’échanger avec l’équipe médicale. La direction technique nationale et les services d’encadrement sportif sont implantés le long de la halle, en lien direct avec les courts. Cette localisation a pour objectifs de faciliter le dialogue et de renforcer la proximité au quotidien entre les sportifs, les entraîneurs et l’encadrement. Des espaces verts pour séparer les différentes zones, notamment un jardin intérieur entre les courts et le bâtiment dédié à la préparation physique, ont été aménagés pour aérer le site.