Accueil / Sports / Autres sports / Les nouvelles disciplines olympiques : retour sur les J.O. de Sotchi 2014

Les nouvelles disciplines olympiques : retour sur les J.O. de Sotchi 2014

Corinne Boulloud (Journaliste)

Slide, Flip, Grab, 540° ou mieux encore Mc Twist dans le Pipe et Truck Driver dans le Slope…
Forcément, au premier abord, ça peut laisser perplexe. Sauf pour les spécialistes de freestyle pour lesquels ces combinaisons techniques n’ont plus de secret. Tout comme pour les adeptes des X-Games, le rendez-vous incontournable des sports de glisse de l’extrême, très prisés des jeunes, aux États-Unis. Le CIO, Comité international olympique, ne pouvait donc passer à côté du phénomène…

Présentation des nouvelles disciplines

Les toutes nouvelles disciplines intégrées aux récents Jeux Olympiques de Sotchi 2014 sont : le slopestyle ski (femmes et hommes), le slopestyle snowboard (femmes et hommes), le halfpipe ski (femmes et hommes), le slalom parallèle en snowboard (femmes et hommes) mais aussi le saut à ski féminin, le biathlon relais mixte, le relais en luge et le patinage artistique par équipe. Le skicross, discipline tout aussi récente, avait, elle, été intégrée aux J.O. de Vancouver en 2010.

Le slopestyle

Partons d’abord à la découverte du slopestyle qui a profité de la vitrine des J.O. pour se faire connaître, même si aujourd’hui, en France, bon nombre de stations de ski possèdent un Snow Park qui permet de réaliser un certain nombre de figures liées à cette discipline.
Le slopestyle consiste donc à dévaler une pente, non pas le plus vite possible, mais en réalisant un maximum de figures de style sur ses skis ou son snowboard. Les  concurrents se servent de différents obstacles, essentiellement des rails métalliques, quarts de cylindres et tremplins, pour effectuer les figures et pirouettes les plus spectaculaires possibles.
Les caractéristiques techniques de la piste (655 m pour le surf, 565 m pour le ski) sont déterminées par la Fédération internationale de Ski.
L’épreuve est basée sur un système d’élimination avec demi-finales et finales. Le nombre total de finalistes est de 12.

L’Américain Nick Goepper a eu la médaille de bronze en slopestyle.

Le halfpipe

Autre discipline nouvelle : le ski halfpipe, alors que le halfpipe en snowboard est, lui,  discipline olympique depuis les J.O. de Nagano en 1998.
Le principe est le même : dans un demi-tube enneigé d’environ 6,50 m de hauteur, réaliser un maximum de figures. La différence étant, quand même, que les sauts effectués sur des skis ont une amplitude plus importante que pour le surf.
Les skis sont à doubles spatules, relevés à l’avant et à l’arrière, afin de permettre la  réception en arrière. Ils sont plus légers, plus flexibles, plus courts que des skis alpins. Le port du casque est évidemment obligatoire.
À Sotchi, Marie Martinod et Kevin Rolland ont rapporté l’argent et le bronze dans ces  nouvelles disciplines.

Le Français Kevin Rolland a rapporté la médaille de bronze en ski halfpipe.

Le slalom parallèle en snowboard

L’épreuve de slalom parallèle en snowboard figure aussi pour la première fois au  programme olympique alors qu’existe déjà le slalom géant parallèle qui a consacré aux J.O. la regrettée Karine Ruby en 1998, ou encore Isabelle Blanc en 2002…
Deux surfeurs descendent sur deux pistes parallèles sur lesquelles ont été disposés des drapeaux bleus et rouges. Celui ou celle qui parcourt la distance le plus rapidement est déclaré vainqueur. Sylvain Dufour, le seul représentant français et n° 1 mondial, termine 16e de l’épreuve.
Cette discipline est considérée par les snowboarders eux-mêmes comme plus difficile  que sa version en ski, l’espace entre les portes étant réduit.

Le saut à ski au féminin

Pour ce qui est du saut à ski, il se conjugue désormais au féminin aux Jeux Olympiques,  après avoir subi un refus pour les J.O. de Turin, puis de Vancouver, alors que chez les hommes la discipline existe depuis 1924. Sotchi a consacré ses championnes de voltige aérienne…
Parmi elles, la jeune Française Coline Mattel, 19 ans, médaillée de bronze. Elle s’est  élancée d’un grand tremplin, équipée de ski de 2,5 m pour entrer dans l’histoire de cette nouvelle discipline olympique.

La jeune Française de 19 ans, Coline Mattel, a fait ses preuves en saut à ski féminin lors  des J.O. de Sotchi. Elle a été médaillée de bronze.

Vue du tremplin de saut à ski au complexe RusSki Gorking.

Épreuves par équipe

Enfin, des épreuves par équipe ont été ajoutées au programme olympique de Sotchi 2014 dans trois disciplines :
épreuve par équipes en patinage artistique : l’épreuve associe huit patineurs d’une même nation (deux hommes, deux femmes, un duo en couple et un duo en danse sur glace).  Chaque participant apporte des points dans sa spécialité qui s’additionnent au classement final de l’équipe ;
relais en luge : trois compétiteurs par nation se relaient sur la piste de luge. L’équipe qui  réalise le meilleur temps l’emporte ;
relais mixte en biathlon : cette épreuve est la même qu’un relais de biathlon traditionnel. Il y a quatre compétiteurs, mais les équipes sont mixtes composées de deux hommes et deux femmes. Ce sont d’abord ces dernières qui débutent le relais en parcourant 6 km chacune, puis ce sont les hommes qui s’élancent sur une distance de 7,5 km.

Bilan

Avec ces nouvelles épreuves et notamment celles de freestyle, le spectacle prend tout son sens. Et les sensations fortes sont au rendez-vous, non sans bobos, d’ailleurs, plus ou moins graves, on le verra par ailleurs.
Pour l’équipe de France olympique, tout cela représente un joli réservoir de podiums puisque le freestyle, à Sotchi, rapporte huit des quinze médailles tricolores de ces J.O. ! Trois pour les toutes nouvelles disciplines…

Alors, c’est vrai qu’en slopestyle, les Français ont peiné, les États-Unis ont eux bien profité de l’intégration de cette épreuve au programme olympique pour glaner six médailles dont trois en or sur les quatre possibles ! Question de culture, et des X-Games, sans doute.
Mais avec le halfpipe et le très spectaculaire skicross, course de vitesse dont le parcours est jalonné d’éléments naturels ou artificiels – bosses, virages relevés, sauts, tremplins – au cours duquel quatre concurrents se disputent le meilleur chrono puis la victoire, le CIO a trouvé de quoi donner un nouvel élan aux J.O.

Finale de skicross hommes.

Des épreuves non sans risque !

Ces nouvelles disciplines restent très traumatisantes pour le corps. Pour preuve, les accidents qui se sont produits à Sotchi.
La Russe Maria Komissarova est très gravement blessée le samedi 15 février. Touchée à la colonne vertébrale lors d’un entraînement de skicross, une discipline où les risques sont omniprésents, elle est opérée mais souffre d’une paralysie définitive.
En snowboard slopestyle, c’est une fracture de la clavicule à l’entraînement qui réduit à néant les chances d’un concurrent norvégien, candidat au podium, tombé d’un des rails du parcours placé un peu trop haut. Devant la levée de boucliers des concurrents, le parcours est modifié et aménagé pour diminuer les risques de “casse”.
Enfin, en ski de bosses, avec le forfait de Guilbaut Colas juste avant l’épreuve de bosses, c’est l’une des chances de podium tricolore qui s’envole. Le Grenoblois est victime d’une chute à l’entraînement sur la piste de bosses de Sotchi. À la réception d’un saut, son genou gauche cède : rupture des ligaments croisés antérieurs doublée d’une lésion du ménisque interne. Son rêve de remporter enfin une médaille olympique, la seule qui manque à son solide palmarès, est brisé. Dans la foulée, Guilbaut Colas met un terme à sa carrière.
Aux Jeux Olympiques, le spectacle prime. Business is business !
Même avec la meilleure préparation possible, le champion de ski reste vulnérable et l’apparition des nouvelles disciplines, toujours plus techniques, qui demandent encore plus d’agilité et de précision dans la maîtrise du geste, peuvent entraîner de graves lésions.

Sports de glisse et pathologies

 

La pathologie la plus classique au ski est l’entorse du genou avec notamment l’atteinte des ligaments croisés. Elle touche tous les niveaux de ski, du pratiquant occasionnel au plus haut niveau. Et les statistiques réalisées par l’association des médecins de montagne révèlent que chez les femmes de plus de 15 ans, l’entorse du genou représente la moitié des diagnostics, et les ruptures du LCA, 30 %*.

Les lésions de l’épaule sont la 2e pathologie la plus fréquente après le genou, toutes disciplines confondues.

Les pratiquants de halfpipe, comme de snowboard, sont plus touchés au niveau des  poignets. Chez les moins de 16 ans, la fracture du poignet atteint 50 % des diagnostics selon l’association des médecins de montagne*.

Les débutants seraient également deux fois plus exposés que les autres, au moins lors des 4 premiers jours de pratique*.

Le port du casque sur les pistes permet de réduire le nombre de traumatismes crâniens, pour la plupart occasionnés par des collisions.

Pour le snowboard ou autre activité de freestyle, des protections pour les poignets sont conseillées mais pas toujours proposées, tout comme les protections dorsales.

À noter enfin que les sportifs de haut niveau se blessent moins que les pratiquants occasionnels. En compétition comme à l’entraînement, le niveau technique est tel que paradoxalement les blessures sont moins graves. Reste malheureusement des exemples dramatiques comme l’accident de la Française Sandra Laoura en 2007 lors d’un entraînement de bosses ou l’accident de la skieuse russe Maria Komissarova lors d’un
entraînement de skicross aux J.O. de Sotchi.

(avec l’aide du Dr Stéphane Allaire, urgentiste, médecin du sport et médecin de montagne)

*www.mdem.org

Les nouveaux sports au programme des J.O. d’hiver de Sotchi

Douze nouvelles disciplines ont fait leur apparition aux J.O. d’hiver de Sotchi, et un nombre record de plus de 2 800 athlètes ont été inscrits, dont plus de 40 % de femmes.

• Ski slopestyle (épreuve masculine)
• Ski slopestyle (épreuve féminine)
• Snowboard slopestyle (épreuve masculine)
• Snowboard slopestyle (épreuve féminine)
• Ski halfpipe (épreuve masculine)
• Ski halfpipe (épreuve masculine)
• Ski halfpipe (épreuve féminine)
• Slalom géant parallèle en snowboard (épreuve masculine)
• Slalom géant parallèle en snowboard (épreuve féminine)
• Saut à ski féminin
• Relais en luge
• Relais mixte en biathlon
• Épreuve par équipes en patinage artistique