Accueil / DOSSIERS / Activités physiques et pathologies chroniques

DOSSIERS

Activités physiques et pathologies chroniques
PR MARTINE DUCLOS (Service de Médecine du Sport et des Explorations Fonctionnelles , CHU Gabriel Montpied, Clermont-Ferrand Laboratoire de Nutrition Humaine, INRA UMR 1019, Université d'Auvergne 1, Clermont-Ferrant)
25/10/2009

Activités physiques et pathologies chroniques

Il n’est jamais trop tard pour bouger !

Introduction

D’autres maladies que les maladies cardiovasculaires bénéficient d’une activité physique régulière soit comme traitement à part entière (le diabète de type 2, par exemple) ou pour améliorer la pathologie, ses co-morbidités, voire pour augmenter les scores de survie (cancer du … Lire la suite

Activité physique et obésité

En 2000, l’OMS a déclaré l’obésité « première épidémie mondiale non infectieuse ». La récente étude française, Etude Nationale Nutrition Santé de 2006, réalisée sur 1 700 enfants français âgés de 3 à 17 ans fait état d'une prévalence de … Lire la suite

Activité physique pendant le traitement d’un cancer

Plus de 40 études d’essais randomisés et contrôlés publiées depuis 1980 ont rapporté que l’activité physique améliore les capacités fonctionnelles, les aptitudes cardiorespiratoires pendant et après le traitement, les symptômes liés au traitement (surtout la fatigue), la qualité de vie … Lire la suite

En conclusion

L'activité physique a un effet préventif indiscutable sur les cancers du côlon et du sein. Le plus souvent un effet dose-réponse est observé pour une activité d’intensité modérée à élevée, une activité physique trop intense n’engendrant pas de bénéfices plus … Lire la suite

Conclusion générale

Sans revenir au mode de vie de nos ancêtres du Paléolithique qui dépensaient 1 000 à 1 500 kcal par jour en activité physique, les données scientifiques mettent l’accent sur le rôle que l’activité physique régulière doit avoir dans notre … Lire la suite