Pratique sportive à basse température

Interview du Pr Laurent Grélot (docteur en physiologie-neurophysiologie, professeur des universités en STAPS, enseignant de physiologie à l’université d’Aix-Marseille) réalisée le 15 juin 2017 L’être humain possède de remarquables facultés d’adaptation lui permettant de pratiquer des activités sportives dans des … Lire la suite Lire la suite

Une douleur d’épaule chez un danseur de l’Opéra de Paris : atteinte isolée du nerf spinal accessoire

Dr Xavière Barreau - Médecin du sport INSEP, Service médecine de la danse à l’Opéra de Paris
Un danseur professionnel de 27 ans de l’Opéra de Paris se présente pour une douleur sus-claviculaire de l’épaule gauche évoluant depuis une semaine avec des difficultés croissantes sur les porters, élévation antérieure et latérale du bras ainsi qu’une gêne fonctionnelle … Lire la suite Lire la suite

Apnée du sportif : des contraintes physiologiques et environnementales complexes

Dr Fabrice Joulia (Enseignant chercheur, université du Sud Toulon Var), Dr Nicolas Lainé (Médecin hyperbare, Assistance Publique Hôpitaux de Marseille (APHM))
Rappels physiologiques - Dr Fabrice Joulia On rencontre principalement l’apnée dans trois situations. L’apnée du sommeil, pathologie dont les causes ne sont que partiellement déterminées, l’apnée réflexe qui est déclenchée par exemple lors de la stimulation des voies respiratoires par … Lire la suite Lire la suite

La dermatophytose des pieds : une pathologie fréquente chez le sportif

Dr Pierre Frances (Médecin généraliste, Banyuls-sur-Mer) - Laureline Mancel, Bastien Jeannou, Carine Pillot (Internes en médecine générale, Montpellier) - Guillaume Narcissot (Externe, Montpellier)
Certaines activités sportives peuvent favoriser le développement de pathologies fongiques au niveau des pieds. Des solutions existent pour remédier à cet inconvénient, et poursuivre de manière sereine la pratique d’un sport qui peut être jugé responsable de cette affection. Cas … Lire la suite Lire la suite

Infiltrations cortisonées et sport en 2017 : bonnes pratiques et réflexion sur l’élimination du produit

Dr Baptiste Coustet - Rhumatologue, médecin du sport, INSEP, Paris
Les infiltrations articulaires de dérivés cortisonés sont largement utilisées et autorisées en pathologie sportive pour leur rôle antalgique, anti-inflammatoire, et avec parfois l’objectif de permettre une compétition sportive à brève échéance en cas de douleur articulaire. À ce jour, alors … Lire la suite Lire la suite

Le squash : rencontre avec Camille Serme

Propos recueillis par Clémentine Vignon
Camille Serme est loin de regretter son choix d’abandonner le mini-tennis à l’âge de 7 ans au profit d’une autre discipline sportive qu’elle juge plus ludique, le squash. Désormais numéro 1 française, victorieuse en 2017 de deux World Series, l’équivalent … Lire la suite Lire la suite

Une douleur d’épaule chez un danseur de l’Opéra de Paris : atteinte isolée du nerf spinal accessoire

Dr Xavière Barreau - Médecin du sport INSEP, Service médecine de la danse à l’Opéra de Paris
Un danseur professionnel de 27 ans de l’Opéra de Paris se présente pour une douleur sus-claviculaire de l’épaule gauche évoluant depuis une semaine avec des difficultés croissantes sur les porters, élévation antérieure et latérale du bras ainsi qu’une gêne fonctionnelle … Lire la suite Lire la suite

Introduction

La commotion cérébrale en pratique sportive est sur le devant de la scène. Souvent spectaculaire et très médiatisée, elle interroge sur sa gravité potentielle à moyen et long termes pour toute une population de jeunes athlètes qui y sont exposés, … Lire la suite Lire la suite

La commotion cérébrale en pratique sportive

Introduction Le traumatisme cérébral est une pathologie connue depuis toujours, notamment par sa gravité dans les formes sévères. On en retrouve la trace dans les premiers textes antiques à orientation médicale. Dès le Xe siècle, le physicien perse Rhazès distingue … Lire la suite Lire la suite

Biomécanique lésionnelle du cerveau

Impact ou impulsion : même combat Dans la grande majorité des cas, les traumatismes crâniens fermés sont les conséquences d’un impact direct à la tête. Sous l’effet du coup, la tête est mise en mouvement et, par effet d’inertie, le … Lire la suite Lire la suite